Vendanges 2010: Quand le Québec rattrape la Californie

Ce weekend et le suivant (soit les 4, 5, 6 et 11 et 12 septembre), ce sera la Fête des vendanges, à Magog, dans les Cantons de l’Est. J’ai toujours trouvé rigolo que la fête des vendanges soit toujours avant les vendanges (ça aide les vignerons à être disponibles, remarquez…), puisque le raisin québécois se récolte plus vers octobre que vers le début septembre, habituellement.

En cette année chaude et ensoleillée, jamais ce festival du vin et de la gastronomie n’aura été si proche des vendanges elles-mêmes.

Des grappes de pinot noir au vignoble Closson Chase, dans Prince Edward County, le 8 août dernier. Moins avancée que le Niagara, cette région située à l'ouest de Kingston a également connu une saison exceptionnelle, cette année.

En effet, le millésime 2010 est remarquablement hâtif, dans le nord-est du continent nord-américain. En Ontario et dans l’État de New York, les vendanges (suite…)

Publicités

Dégustation: Pinot Noir Fût de Chêne 2008, Trapiche, Mendoza

À Cahors, on fait du malbec. Dans le Mendoza, on fait du malbec.

À Cahors, on ne fait pas de pinot noir. À Mendoza, ça ne les empêche pas d’essayer.

Mon ami Frédéric, avec qui j’importe du vin, dis toujours que je vois toujours le bon côté de la bouteille. Que j’ai toujours quelque chose de bon à dire sur un vin.

Ça doit être vrai, j’en ai trouvé une pour ce vin: les arômes de cerise et d’épices sont assez typiques du pinot noir et assez agréables.

Ça va s’arrêter là.

Pour le reste, le pinot noir fût de chêne 2008 est plutôt rêche. On sent l’alcool, le soleil qui a plombé pas mal (l’étiquette dit 13,5%, mais la fiche du vin sur le site de Trapiche dit 14% et ça ressemble plus à ça, à mon avis). C’est pas mal coloré – ce qui, pour un pinot, n’est pas nécessairement un plus. Reste un peu d’épice – qui fait plus chêne que pinot.

Bref, c’est pas super. Pour un dollar de moins la bouteille (le pinot est 14,90$), le malbec fût de chêne ou le cabernet sauvignon fût de chêne de la même maison donnent quelque chose de plus intéressant, mieux calibré et plus équilibré.

Que voulez-vous, faire du pinot à grande échelle – et en pays chaud, en plus – ce n’est pas une entreprise qui a de grandes chances de succès. Même avec les avantages notables que possède l’Argentine au chapitre des coûts, ce n’est pas facile d’arriver à bien exprimer la nature capricieuse de ce cépage sans prendre une approche méticuleuse. Chez Trapiche, on n’y est visiblement pas arrivé.

Allez, on greffe du tempranillo là-dessus et on n’en parle plus?

La SAQ en mode olympique: un bel arrivage de l’Okanagan

Pendant que la flamme olympique termine son périple vers l’ouest, les vins de Colombie-Britannique se dirigent à grands pas vers les rayons de la Société des alcools du Québec. Un échange gagnant-gagnant, qui permettra aux vins de l’Ouest canadien de profiter d’un éclairage sans précédent, avec la mise en vente d’une petite trentaine de vins de l’Okanagan, le jeudi 11 février, veille de l’inauguration des Olympiques d’hiver de Vancouver.

24 vins s’inscriront au rayon des spécialités et quatre seront disponibles dans les SAQ Signature. Un registre assez large, comme en témoignent les prix (de 15,95$ à 95$) et les cépages (merlot, chardonnay, riesling, chenin blanc, pinot noir, sauvignon blanc, shiraz) qui font partie de la sélection.

L’automne dernier, le magazine Cellier avait fait (suite…)

Un mot de chez Musar, un autre endroit pour déguster et du très très bon Bourgogne

Un article sous l’angle de la continuité, ici.

D’abord parce qu’après avoir écrit ma note de dégustation sur le Château Musar 1991, j’ai envoyé un courriel au Château pour obtenir quelques informations supplémentaires. J’ai reçu une réponse aussi rapide que gentille et précise signée Gaston Hochar, le petit-fils du fondateur, qui fait les vins avec son père Serge.

En voici un extrait, (suite…)

VdV 18: la synthèse des pinots

Et alors? Qu’est-ce qui a pinoté dans les verres des vendredistes? Du pinot noir de Bourgogne, d’Alsace, du Jura, du Valais, de Californie, d’Australie et du Languedoc. Mais il y aurait pu y avoir autre chose dans le verre.

Car comme le rappelle Toon, toujours fidèle aux VdV par commentaire, « J’aurais pu vous parler d’un Côte-Rôtie VV 1994 de Guy Bernard qui pinote un max. En effet, on dit des vieilles syrahs de la Blonde qu’elles pinotent. » C’est bien vrai. De nobles syrahs faisant dans la dentelle, voire de vieux nebbiolos traités en douceur peuvent aussi gagner cette limpidité visuelle et aromatique qui nous font dire que ça pinote. Néanmoins, Toon est resté dans la stricte observance avec (suite…)

Vendredi du Vin 18: La lumière dans le verre

(Note: la synthèse du 18e VdV, avec liens vers les blogues des participants, est en ligne ici)

Pour trouver du pinot qui pinote, conformément au thème que j’avais mis de l’avant pour le 18e retour des Vendredis du vin,  j’ai fini par en boire toute la semaine. Trois bouteilles, au total, à la recherche de ce pinotement (et non de ce pinotage, que peu de vignerons sud-africains savent faire pinoter) qui fait le bonheur du buveur de pinot.

Ça s’est commencé en Suisse, avec le Pinot noir 2006 AOC Chamoson de René Favre Fils. La petite cuvée de ce producteur dont la grande (cuvée), le Renommée Saint-Pierre sait faire compétition (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :