La défense des appellations valaisannes (et une dégustation chez Samuel Saudan)

J’arrive en Valais pour célébrer Noël au beau milieu d’une bataille ferme (en tout cas, selon ce que je lis dans Le Nouvelliste, le quotidien valaisan) entre le canton, où l’on réclame avec insistance un élargissement des appellations d’origine contrôlée (AOC) pour assurer une meilleure mise en valeur de la très riche tradition locale, et les autorités fédérales, où l’on est apparemment beaucoup moins pressé de rendre ces appellations officielles.

A priori, j’ai tendance à donner raison aux Valaisans. Les progrès exceptionnels de la viticulture valaisanne, au fil des deux dernières décennies, ont largement à voir avec la volonté des vignerons (appuyés par les autorités cantonales du Valais, qui ont mis une variété de programmes en place) d’améliorer la qualité et de mettre en valeur les nombreux cépages traditionnels de qualité qui font le patrimoine local.

Le cornalin, l’humagne, la rèze, l’amigne et l’arvine sont autant de cépages (suite…)

VdV 14: la synthèse

Si je compte bien, nous avons une grosse douzaine à participer au 14e Vendredi du Vin. Pour une dégustation convoquée à peine dix jours d’avance, c’est pas mal du tout, surtout avec un thème qui forçait passablement la recherche.

Le thème, je le rappelle, était Tu sors d’où, toi?, sur l’air du nouveau venu, cépage ou vigneron, qui débarque dans une appellation ou une bouteille, sans crier gare. Le résultat est assez probant: mettons que l’homogénéisation du monde du vin est loin d’être accomplie.

Les transplantés

L’angle le plus fréquent, pour ce VdV, c’est celui du cépage qui n’est pas à sa place traditionnelle – et ce n’est pas un reproche, loin de là.

Au contraire, moi qui aime tant (suite…)

Connaissez-vous la brisolée?

Si on connaît bien la fondue (du fromage avec du pain) et la raclette (du fromage avec des pommes de terre), on connaît moins la délicieuse brisolée, qui est une combinaison aussi simple et nourrissante : du fromage avec des châtaignes. Dans les trois cas, il s’agit de recettes de base de la cuisine suisse paysanne, devenues à la longue des repas de fête et de convivialité.

Simple comme bonjour, la recette de la brisolée consiste à faire cuire les châtaignes (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :