Salon des vins: mieux vaut déguster ici qu’en face

Quand on met le pied dans un Salon des vins comme le tout premier Salon des vins et spiritueux de Québec, on peut facilement être pris d’un certain vertige, avant même d’avoir commencé à déguster. Comment choisir? Où s’arrêter? Comment savoir s’il vaut mieux s’arrêter à un endroit plutôt qu’un autre?

Pour vous aider à éviter l’équivalent vin d’un syndrome de Stendhal, voici une petite liste d’arrêts recommandés parmi les nombreux kiosques du Salon.

À noter que la liste (suite…)

Pelissero, Tissot, Perrin…: de la belle visite au Québec

Quand les vignerons passent en ville, ça fait toujours plaisir. Et ça fait d’autant plus plaisir quand les visiteurs sont de belles pointures, qui apportent des contributions originales et significatives au monde du vin.

Au Québec, on va être gâtés, au cours des prochaines semaines, notamment grâce aux événements Montréal en Lumière, en février, et au tout premier Salon international des vins de Québec, en mars.

Mais avant ces événements, (suite…)

Où déguster, avant d’acheter?

Si vous achetez du vin, vous avez immanquablement ressenti cette sensation, au moment de choisir une bouteille. Même si la description est bonne, que vous avez lu une bonne critique, eu des bonnes recommandations… vous hésitez. Vous aimeriez bien goûter, avant d’acheter. Après tout, le pointage ou le nombre d’étoiles, c’est bien beau, mais on n’est jamais 100% sûr que toutes ces indications correspondront à nos goûts.

Alors où peut-on goûter, avant d’acheter? Les Salons des vins sont évidemment de bons rendez-vous. Il y en aura d’ailleurs bientôt un à Québec, au printemps 2009. Je vous en reparlerai plus en détails bientôt.

Si vous êtes en France, c’est pas le choix qui manque, comme en témoigne notamment le calendrier de l’Association des vins naturels. Ou encore la tenue, en février prochain, du Millésime bio organisé par les vignerons du Languedoc-Roussillon. Et je n’ai même pas vraiment gratté la surface.

Au Québec, on peut parfois déguster à la SAQ elle-même. Les succursales Signature, tout comme certaines succursales Sélection, organisent périodiquement des dégustations, notamment lors de nouveaux arrivages comme ceux de la revue Cellier. Vous pouvez recevoir des avis à ce sujet en vous abonnant aux courriels expédiés par ces succursales: une visite ou un petit coup de téléphone devraient vous permettre d’en savoir plus. Le forum Fouduvin.ca offre aussi un calendrier des dégustations, avec des sections pour Montréal, Québec et ailleurs en région: des membres du forum y partagent souvent leurs infos sur des dégustations ouvertes au public, que ce soit celles des succursales de la Société des alcools ou d’autres encore.

Vin sur 20

À Québec, une belle occasion, conçue par les amis du Cercle, l’établissement jumeau de L’Utopie, voit le jour ce lundi, le 24 novembre. Ce rendez-vous hebdomadaire, appelé les Lundis Vin pour 20($), permet aux amateurs de déguster dans un contexte où les vins devraient être bien présentés. Chaque semaine, deux agences viendront faire découvrir chacune trois de leurs produits aux personnes intéressées. Il y aura donc 6 vins à déguster (6 fois 2oz pour… 20$), autant de spécialités que d’importation privée. Les sommeliers du Cercle et de l’Utopie et des représentants des agences seront sur place pour mettre le tout en contexte. Et quelques bouchées devraient venir rehausser le caractère apéritif de la soirée.

Y a-t-il d’autres établissements qui offrent aussi des dégustations du genre? N’hésitez pas à en faire part ici. Quand les occasions sont belles, autant qu’elles soient connues.

Une rencontre à l’échelle moléculaire avec François Chartier

À l’invitation du sommelier Frédéric Gauthier, je me suis rendu mardi soir au Cercle, l’établissement jumeau du restaurant L’Utopie, sur la rue Saint-Joseph, à Québec, pour le lancement de la Sélection Chartier 2009. Un événement qui était, en fait, beaucoup plus qu’un simple lancement, mais aussi une occasion pour François Chartier de démontrer l’efficacité et la pertinence des recherches qu’il effectue dans le domaine de la sommellerie moléculaire.

La quoi, direz-vous peut-être ? Bien, une approche de sommellerie basée sur la correspondance entre des molécules conférant des saveurs bien spécifiques, présentes à la fois dans un vin donné et un aliment donné. Le fait de réunir des aliments et vins comprenant ces mêmes molécules permet, selon le travail effectué par Chartier depuis trois ans, avec en chemin des visites chez El Bulli et son champion de la cuisine moléculaire, Ferran Adria.

Pour bien illustrer ce travail de longue haleine, (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :