TasteCamp North: Rassemblement dans le Niagara

Depuis deux ans, j’ai eu le plaisir de découvrir de nouvelles régions viticoles en participant à TasteCamp, un événement fondé par Lenn Thompson, grand manitou du New York Cork Report, le principal site d’information sur les vins de l’Empire State. Puisque les organisateurs en étaient d’abord new-yorkais, l’événement m’a permis de découvrir les vignobles de Long Island, en 2009, puis les Finger Lakes et leurs excellents rieslings en 2010.

Dans les deux cas, le fait de rassembler un groupe d’une trentaine de blogueurs et de leur faire goûter les vins de deux bonnes douzaines de vignobles en un weekend, de visiter les vignobles et d’échanger avec les producteurs permettait de dresser un portrait assez exhaustif de la région et d’engager une conversation intéressante avec les vignerons, qui y trouvaient un nouveau public, intéressé, spécialisé et critique.

À Long Island, je reste très attaché (suite…)

Publicités

Tastecamp, prise 2: en route vers les Finger Lakes

Ce weekend, le côté social des médias sociaux prendra un élan particulier, côté vin, alors qu’une trentaine de blogueurs Américains, Canadiens et Québécois se réuniront au nord-ouest de l’État de New York pour le deuxième Tastecamp East, un rendez-vous viticole éminemment sympathique – et professionnel – autour d’une région viticole.

L’année dernière, l’événement fondé par Lenn Thompson, du New York Cork Report, avait permis une tournée des vignobles de Long Island (dont plusieurs sont vraiment de classe mondiale).  Cette année, le groupe aura l’occasion de déguster quelque 150 vins de plus de 35 domaines (beaucoup de riesling, du cabernet franc, du pinot noir et quelques hybrides), tous venus des vignobles des Finger Lakes, région située autour de quelques lacs de forme allongée (comme des doigts, tiens), située au sud du lac Ontario.

La région est déjà modestement représentée sur les rayons des succursales de la SAQ, avec deux vins de très bonne tenue: le riesling 2007 du Dr Konstantin Frank, un des domaines vétérans de la région, et le riesling 2006 de la maison Lamoreaux Landing. Ce dernier offre un bel équilibre entre ses notes citronnées, son épice (gingembre) et ses notes minérales, voire légèrement pétrolées. De quoi m’encourager à aller voir de quel raisin on se chauffe par là.

Pour en savoir plus sur ce qui se trame à ce Camp du Goût – où se trouvera aussi un autre blogueur de Québec, Julien Marchand – vous pouvez suivre le marqueur (hashtag) #tastecamp sur Twitter, qui vous donnera les réactions sur le vif des participants. J’essaierai aussi de bloguer pendant le weekend, malgré un horaire bien chargé, merci. Pas tout à fait une colonie de vacances, le Tastecamp: plutôt une manière de joindre l’utile à beaucoup d’agréable.

Un weekend dans les vignobles de Long Island

Si la Californie produit la très grande majorité du vin américain, il existe plusieurs autres vignobles de qualité. Comme l’Oregon, l’État de Washington ou, comme je le découvre cette fin de semaine, Long Island, à l’est de la ville de New York.

À l’invitation de Lenn Thompson, blogueur et expert des vins de la région où il vit, je participe avec une quinzaine d’autres blogueurs du vin à TasteCamp East, une rencontre très agréable doublée d’un véritable marathon de dégustation. Vendredi soir, un souper était doublé de dégustations verticales de merlots des cinq producteurs membres de la Long Island Merlot Alliance – le merlot est le principal cépage issu des vignobles de l’île. Samedi, le parcours comprenait cinq vignobles et une dégustation collective d’une dizaine de producteurs du Long Island Wine Council. Et aujourd’hui, il nous reste encore à voir et à goûter deux domaines: Wölffer Estate et Channing Daughters, dans les Hamptons. Pas le temps de s’ennuyer.

Ce tour d’horizon permet de découvrir des vins de qualité. J’en reparlerai plus en détails une fois le voyage complété, mais déjà, j’ai été très impressionné par les verticales de merlots de chez Wölffer servis en verticale vendredi soir (un 1998 en pleine forme, expansif et complexe), tout comme ceux de Pellegrini (puissants, expressifs) et Sherwood House (équilibrés, très bordelais). Voilà des vins capables de vieillir, aidés par un profil équilibré et des alcools raisonnables (13%, habituellement).

Hier, Paumanok s’est révélé être un domaine capable de faire feu de tout bois, produisant aussi bien du chenin blanc de belle tenue que du petit verdot intense et savoureux. Chez Lenz, le producteur donne une fraîcheur et une expression franche à ses vins, qu’il vend une fois vieillis à son goût: ses blancs en vente actuellement sont des 2005, ses rouges des 2001 et 2002. 

Hier midi, lors d’un très agréable dîner chez Shinn Estate Vineyards, trois producteurs (Shinn, Macari et Jamesport), nous ont fait part de leurs efforts pour se convertir entièrement au bio et à la biodynamie – pas évident dans un climat humide comme celui-ci – et nous ont permis de goûter des vins aux profils originaux et distinctifs.

On peut s’interroger parfois sur les prix assez ambitieux, et comme dans toute région émergente, on sent que certains producteurs cherchent encore leur voie. Mais il n’y a pas de doute que Long Island est une région au très grand potentiel – en partie confirmé.

%d blogueurs aiment cette page :