Déjà centenaire

C’est en débarquant dans l’arrière-boutique de ce blogue, peu après avoir mis en ligne ma dégustation du 17e Vendredi du vin, que j’y ai aperçu un joli chiffre rond: 100.

Il s’agit du nombre d’articles que j’ai publié depuis la création d’À chacun sa bouteille, il y a un peu plus d’un an, soit précisément le 11 juillet 2007. Un chiffre bien éphémère, puisque ce nouvel article fait automatiquement passer le compteur à 101.

Chose amusante, au même moment, le compteur de mon viniblogue anglais, The Wine Case, s’est lui aussi arrêté (momentanément) au chiffre 100. Bref, 200 billets, toutes langues et papilles confondues, de la note de dégustation au reportage sur les vendanges chez Matassa, dans le Roussillon, en passant par quelques  annonces, des réflexions sur les contenants et bouchons, sur la culture bio et biodynamique, sur le marché du vin, alouette. Presque quatre articles par semaine – et j’ai un boulot et une famille, en prime. Je dois aimer ça…

Facteur encourageant, c’est que vous êtes de plus en plus nombreux à lire ce(s) blogue(s). Des quelques dizaines qui lisaient il y a un an, les lecteurs se comptent maintenant par centaines et même (sur une base mensuelle) par milliers. Une croissance d’environ 10% par mois.

Pour ces lecteurs de plus en plus nombreux, ce n’est qu’un début. Il y a plein de sujets qui me démangent, pour l’automne: un (ou des) comptes-rendus de mes voyages dans le vignoble québécois, un deuxième tour dans les vins à petit prix, et un petit saut en Californie, fin octobre, pour rencontrer d’autres membres de la blogosphère vinicole et pour voir un peu plus quels artisans se cachent dans certains des coins les plus intéressants des vignobles. Tout ça entre deux dégustations et trois ou quatre petites nouvelles venues des vignobles les plus exotiques ou des rayons d’un monopole d’État près de chez vous.

Le parcours, jusqu’ici, a été bien agréable. Je bois un petit vin bio à la santé de ce joli jalon tout rond, mais surtout, à votre santé à vous tous, lecteurs sans qui ces bavardages auraient bien peu de sens.

%d blogueurs aiment cette page :