Sauvignon Blanc Laurel Vineyard 2005, Valle de San Antonio, Casa Marin

Il n’est pas toujours facile de savoir, en goûtant un vin jeune et un brin agressif, s’il est mal foutu pour toujours ou si, tout simplement, il a le côté abrasif de l’ado boutonneux aux hormones déréglées, en attendant que ça se calme et qu’il trouve une phase un peu plus harmonieuse.

Il y a trois ans, (suite…)

Publicités

Tastecamp, prise 2: en route vers les Finger Lakes

Ce weekend, le côté social des médias sociaux prendra un élan particulier, côté vin, alors qu’une trentaine de blogueurs Américains, Canadiens et Québécois se réuniront au nord-ouest de l’État de New York pour le deuxième Tastecamp East, un rendez-vous viticole éminemment sympathique – et professionnel – autour d’une région viticole.

L’année dernière, l’événement fondé par Lenn Thompson, du New York Cork Report, avait permis une tournée des vignobles de Long Island (dont plusieurs sont vraiment de classe mondiale).  Cette année, le groupe aura l’occasion de déguster quelque 150 vins de plus de 35 domaines (beaucoup de riesling, du cabernet franc, du pinot noir et quelques hybrides), tous venus des vignobles des Finger Lakes, région située autour de quelques lacs de forme allongée (comme des doigts, tiens), située au sud du lac Ontario.

La région est déjà modestement représentée sur les rayons des succursales de la SAQ, avec deux vins de très bonne tenue: le riesling 2007 du Dr Konstantin Frank, un des domaines vétérans de la région, et le riesling 2006 de la maison Lamoreaux Landing. Ce dernier offre un bel équilibre entre ses notes citronnées, son épice (gingembre) et ses notes minérales, voire légèrement pétrolées. De quoi m’encourager à aller voir de quel raisin on se chauffe par là.

Pour en savoir plus sur ce qui se trame à ce Camp du Goût – où se trouvera aussi un autre blogueur de Québec, Julien Marchand – vous pouvez suivre le marqueur (hashtag) #tastecamp sur Twitter, qui vous donnera les réactions sur le vif des participants. J’essaierai aussi de bloguer pendant le weekend, malgré un horaire bien chargé, merci. Pas tout à fait une colonie de vacances, le Tastecamp: plutôt une manière de joindre l’utile à beaucoup d’agréable.

Vendredi du vin 21: Voyages en Grèce et en Hongrie

 

L’invitation au voyage de l’ami Julien Marchand, pour le 21e Vendredi du vin, était irrésistible: sorir des sentiers battus (c’est-à-dire des 10 premiers producteurs mondiaux de vin) à la recherche de saveurs peut-être un brin moins connues et de cépages moins internationaux.

C’est du moins comme ça que j’ai choisi de l’interpréter. Car le Canada ne faisant pas partie des 10 premiers producteurs mondiaux, j’aurais pu opter pour un vin canadien et ne pas aller voir beaucoup plus loin.

Prenez ce cabernet sauvignon 2006 Black Sage Vineyard de Sumac Ridge, un des plus vieux vignobles en activité dans l’Okanagan. Une belle bouteille, intense, concentrée, avec des arômes de fruits noirs et de café – de liqueur de café, même – un bon équilibre en bouche, sur un taux d’alcool de 13,5%. Voilà qui n’aurait pas démérité, pour ce VdV.

Mais bon, je voulais aller voir plus loin. Et dans le secteur « Autres pays » de ma succursale du coin de la SAQ, je suis tombé sur (suite…)

Un mot de chez Musar, un autre endroit pour déguster et du très très bon Bourgogne

Un article sous l’angle de la continuité, ici.

D’abord parce qu’après avoir écrit ma note de dégustation sur le Château Musar 1991, j’ai envoyé un courriel au Château pour obtenir quelques informations supplémentaires. J’ai reçu une réponse aussi rapide que gentille et précise signée Gaston Hochar, le petit-fils du fondateur, qui fait les vins avec son père Serge.

En voici un extrait, (suite…)

Un Cellier en Nouvelle-Zélande et en Australie

En septembre, j’ai sauté mon tour, pour ce qui est des arrivages de la revue Cellier. Consacrée au millésime 2005, en particulier à Bordeaux, cette livraison de nouveaux produits a très bien fonctionné, à en juger par les étagères bien vides que j’ai aperçues dans les SAQ, peu après les arrivages. Mais de mon côté, j’avais déjà payé la portion restante des quelques crus de Bordeaux que j’avais achetés en primeur par le Courrier Vinicole. Et j’avais aussi l’oeil sur quelques autres châteaux déjà en vente avant les arrivages (comme ce Maison Blanche mentionné plus tôt cette semaine).

Cette fois-ci, le Cellier consacré à la Nouvelle-Zélande et à l’Australie attire un peu plus mon oeil, ne serait-ce qu’à cause d’un producteur australien (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :