Prêt pour le Salon des vins de Québec 2011

Amateurs de vin québécois, soyez prêts, le Salon des vins et spiritueux de Québec est de retour du 11 au 13 mars prochain, avec plus d’exposants et de vignerons que lors de sa première présentation, en 2009. Cette année, quelque 75 exposants seront sur place (voir le plan du salon et la liste complète ici en format PDF), avec 125 vignerons (ou représentants de domaines) et quelque 1500 produits, alors que la première fois, on parlait d’une soixantaine d’exposants, de 70 producteurs et de 1000 produits. Bref, au chapitre de l’offre, ça progresse. Restera à voir si le nombre de visiteurs augmentera dans la même proportion (il y en avait eu quelque chose comme 11 000 la dernière fois, un chiffre fort respectable, déjà).

Sans mettre de l’avant une étoile internationale de la trempe de Sandrine Garbay, la maître de chai d’YQuem, vedette de l’édition 2009,  le Salon a plutôt choisi de mettre l’accent sur des personnalités québécoises bien connues, devenus les grands invités Desjardins: la sommelière Élyse Lambert, le chef Daniel Vézina et l’auteur et sommelier Jacques Orhon. On met aussi l’accent sur la gastronomie locale, avec une sorte d’avant-première de l’événement Québec Exquis, qui associera 16 chefs à autant producteurs de la région pour des menus spéciaux offerts en restaurant, un peu plus tard en mars.

N’empêche, il y aura une série de conférences intéressantes, comme celle de Jérome Quiot sur les terroirs de Châteauneuf-du-Pape, de Marcel Combes sur les mousseux de Bourgogne, de Jean-Pierre Colas sur les grands vins du Niagara ou encore de Pascal Dufaître, du Château de Pizay, sur les différents terroirs du Beaujolais, pour ne nommer que celles-là. (L’horaire complet des conférences est disponible sur cette page Internet.)

Parmi les vignerons présents, on notera entre autres Andrea Pieropan, qui viendra lancer un nouveau vin rouge, Pascal Marchand, le Québécois le plus connu de Bourgogne et  Thomas Perrin du Château de Beaucastel. La maison Symbiose aura également deux bourguignons et deux Espagnols sur place (voir la page 27 du mensuel du Cercle pour les détails).

Parmi les maisons représentées, parlons en vrac d’Antoine Moueix, d’Antonin Rodet, de Concha y Toro, de La Rectorie, de Banfi, du Château Ste-Michelle, de Caymus, d’Ijalba ou d’Allegrini. De quoi se trouver du bon boire – qu’on pourra même combiner avec du bon manger, puisque plusieurs des stands présents sont à saveur gastronomique.

J’y reviendrai avec plus de détails, après avoir pêché des infos auprès des agences participantes, mais d’ici là, notez que vous pouvez aussi suivre le Salon des Vins et Québec Exquis sur Twitter, et aussi la Page Facebook du Salon des Vins, pour obtenir des nouvelles fraîches et rapides de ces événements.

Jouer au sommelier, c’est pas sorcier

Le bon vin avec le bon plat, c'est pas si compliqué que ça.

Si vous voulez devenir un sommelier professionnel, il vous faudra une formation et de l’expérience. Un bon nez, des connaissances pratiques des régions de la planète vin, et une bonne compréhension de la cuisine et, particulièrement, des aromates et combinaisons de saveurs.

Mais si vous voulez appliquer quelques principes de sommellerie pour rehausser vos repas – occasions spéciales et repas quotidiens – il y a des moyens assez simples de s’orienter.

Les copains de Symbiose vins et du Cercle, à Québec, ont d’ailleurs concocté une série de trois ateliers intitulés Qui veut jouer au sommelier?, conçus pour aider les participants à se donner des outils pour mieux accorder vins et mets, en leur donnant non seulement des idées d’accords, mais aussi des façons de comprendre pourquoi tel ou tel accord fonctionne mieux qu’un autre.

La série, qui commence (suite…)

Vous cherchez un livre sur le vin?

Un amateur de vin refusera rarement une bouteille en cadeau. Mais il pourrait être tout aussi heureux de recevoir un livre qui lui donnera les clefs nécessaires à l’appréciation du vin. À ce sujet, les choix ne manquent pas. 

Pour vous donner quelques idées des nouveautés débarquées sur les rayons des libraires, vous pouvez notamment lire l’article que j’ai écrit sur le sujet dans le journal Le Libraire, un peu plus tôt cet automne. Ce n’est pas un tour d’horizon exhaustif, bien entendu. Dans un article publié dans La Presse et Le Soleil (mais bizarrement pas mis en ligne), le très réputé chroniqueur vins Jacques Benoît suggérait par exemple le livre sur Bordeaux écrit par l’excellent Oz Clarke. On pourrait aussi penser aux livres de Jacques Orhon, notamment ceux sur les accords vins et mets, qui restent d’excellents guides pour cet art souvent complexe.

J’ajouterais un autre titre à la liste, arrivé trop tard pour la tombée de l’article du Libraire: Les 1001 vins qu’il faut avoir goûtés dans sa vie, un ouvrage collectif écrit sous la direction de Neil Beckett. Traduit de l’anglais et publié par Flammarion en France et Trécarré au Québec, le livre offre un vaste tour d’horizon des vins de partout dans le monde – et de tous les prix. Des plus grands châteaux aux domaines émergents, le registre est large, tous comme les vins mis de l’avant par un groupe de collaborateurs souvent réputés (John Livingstone-Learmonth, Clive Coates, David Schlidknecht, Andrew Jefford, Monty Waldin et même Hugh Johnson, pour ne nommer que ceux-là).

Dans chaque cas, on pointe un vin en particulier, avec des notes de dégustation et une présentation généralement bien faite. De temps en temps, la traduction est toutefois imprécise, ce qui gâche parfois le plaisir de lecture.  Mais comme panorama de ce que le monde du vin a à offrir, c’est un complément, bouteille par bouteille, à ce que l’Atlas du monde du vin de Hugh Johnson et Jancis Robinson ou l’Oxford Wine Companion de la même Robinson offrent sur un mode géographique et encyclopédique.

Québec, capitale du vin

Bon, d’accord, j’exagère peut-être un brin, mais il reste qu’au cours des deux prochaines semaines, la ville de Québec recevra, dans le cadre très large de son 400e anniversaire, deux grands rendez-vous internationaux d’importance, soit les Sélections mondiales du vin, du 30 mai au 5 juin, puis le Rassemblement mondial des confréries bachiques, du 6 au 8 juin.

Avant de vous parler plus en détails de ces événements, je vous souligne au passage un 5 à 7 sympathique axé sur les vins naturels (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :