Le privé pour le grand public: passerez-vous au Salon?

On les appelle des importations privées, mais c’est une drôle d’appellation, au fond, comme l’ont souligné récemment Vincent Marissal et David Santerre. Elles transitent par la SAQ, qui en dégage des marges grosso modo comparables à celles des produits qui se vendent sur les rayons du monopole, et elles sont accessibles à tous ceux et celles qui veulent en acheter – à condition d’être prêt à en acheter une caisse… et de savoir où les trouver.

Un bon endroit où les trouver, justement, (suite…)

Publicités

Le retour de la Convergente, fête des importations privées (à Montréal et à Québec)

La Convergente, salon des vins d’importation privée organisée par le RASPIPAV, est de retour pour une troisième édition, les 9 et 10 novembre, au Marché Bonsecours, à Montréal. Pour la première fois, une partie des agences et des vignerons se rendront à Québec le 12 novembre. S’il vise d’abord les restaurateurs, le salon est également ouvert, tant à Montréal qu’à Québec, à tous les amateurs intéressés qui y trouvent une rare d’occasion de découvrir des dizaines et des dizaines de vins qu’on ne trouve pas sur les rayons de la SAQ.

Je vous le précise tout de suite, je suis partie prenante de l’événement, puisque l’agence avec laquelle je collabore, Insolite Importation, sera présente au salon avec 6 producteurs (voir les détails ici). Je serai donc présent à l’événement autant pour déguster chez les autres agences spécialisées dans l’import privé que pour accompagner les vignerons Insolite.

Pour ceux qui aiment les vins artisans, les petites productions, le bio, le naturel, l’original, La Convergente est vraiment un rendez-vous de choix. Au Marché Bonsecours, les 9 et 10 novembre, 33 agences rassemblent 80 vignerons et offriront quelque 500 vins de huit pays (Australie, Autriche, Canada, Espagne, France, Italie, Portugal, États-Unis) à déguster. Le rendez-vous de Québec, plus modeste, réunira une trentaine de vignerons à l’École hôtelière de la Capitale le 12 novembre.

Pour vous donner quelques exemples, sachez qu’à Montréal, Rézin présentera des vins de chez Stratus, excellent producteur ontarien, Puzelat, Clos du Tue-Boeuf, Lapierre, pour ne nommer que ceux-là. Chez Oenopole, on aura de l’Alsacien de chez Schueller  et du champagne de Lassaigne. Chez Vinnovation, Pierre-Yves Colin Morey viendra proposer ses bourgognes blancs très appréciés, entre autres, par Jancis Robinson. Et ce ne sont que quelques exemples. Avec 33 agences, au total, il y aura quantités de cuvées et de domaines qui méritent le détour et qui vous feront peut-être même revoir quelques-unes de vos notions sur ce qui ait un vin, une appellation, un terroir.

Si vous passez, vous viendrez me dire bonjour.

Un rendez-vous avec Matassa… à Montréal

C’est en sirotant avec plaisir un verre de Cuvée Romanissa 2005, dans tout son éclat minéral et son caractère affirmé et précis, que j’écris cet article en forme d’invitation. En effet, Tom Lubbe, le vigneron du Domaine Matassa chez qui j’ai eu le plaisir de séjourner l’automne dernier (vous pouvez lire les articles sur ce voyage ici et ici), sera à Montréal en visite éclair le lundi 14 avril prochain, juste le temps de faire un petit tour de ville et surtout, de participer à un dîner au restaurant Les cons servent, rue Papineau.

Le dîner en question, dans ce restaurant qui récolte de solides critiques (lisez par exemple l’article de Marie-Claude Lortie, dans La Presse), sera composé (suite…)

Un peu de Divergente vous fera du bien

En parlant du Salon des vins et spiritueux de Montréal, l’autre jour, je disais à quel point il serait intéressant d’avoir un salon « off » permettant de voir d’autres côtés du monde du vin. Eh bien, c’est chose faite.

Mon petit doigt m’a parlé de La Divergente, un salon réunissant pas moins de 16 des meilleures et des plus originales agences d’importation au Québec. Au programme, (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :