Nuits blanches dans les vignobles québécois: après la chaleur, le gel

Vue du lac Seneca depuis le vignoble de Sam Argetsinger, dans le Nord-Ouest de l'État de New York. Les petites feuilles des bourgeons fraîchement débourrés sont particulièrement vulnérables au gel printanier.

Dans le monde des vignobles, il ne faut jamais se réjouir trop vite. Quand vous voyez un printemps chaud se pointer à l’horizon, comme en cette très belle saison qui enveloppe tout le Nord-Est du continent nord-américain depuis la fin du mois de mars, vous avez autant de raisons de vous inquiéter que de sourire. Et peut-être même plus de vous inquiéter, comme l’a démontré le gel qui a menacé cette semaine, au Québec – et aussi en Ontario et dans l’État de New York.

En effet, un printemps hâtif active rapidement la végétation, (suite…)

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :