Jouer au sommelier, c’est pas sorcier

Le bon vin avec le bon plat, c'est pas si compliqué que ça.

Si vous voulez devenir un sommelier professionnel, il vous faudra une formation et de l’expérience. Un bon nez, des connaissances pratiques des régions de la planète vin, et une bonne compréhension de la cuisine et, particulièrement, des aromates et combinaisons de saveurs.

Mais si vous voulez appliquer quelques principes de sommellerie pour rehausser vos repas – occasions spéciales et repas quotidiens – il y a des moyens assez simples de s’orienter.

Les copains de Symbiose vins et du Cercle, à Québec, ont d’ailleurs concocté une série de trois ateliers intitulés Qui veut jouer au sommelier?, conçus pour aider les participants à se donner des outils pour mieux accorder vins et mets, en leur donnant non seulement des idées d’accords, mais aussi des façons de comprendre pourquoi tel ou tel accord fonctionne mieux qu’un autre.

La série, qui commence (suite…)

Une rencontre à l’échelle moléculaire avec François Chartier

À l’invitation du sommelier Frédéric Gauthier, je me suis rendu mardi soir au Cercle, l’établissement jumeau du restaurant L’Utopie, sur la rue Saint-Joseph, à Québec, pour le lancement de la Sélection Chartier 2009. Un événement qui était, en fait, beaucoup plus qu’un simple lancement, mais aussi une occasion pour François Chartier de démontrer l’efficacité et la pertinence des recherches qu’il effectue dans le domaine de la sommellerie moléculaire.

La quoi, direz-vous peut-être ? Bien, une approche de sommellerie basée sur la correspondance entre des molécules conférant des saveurs bien spécifiques, présentes à la fois dans un vin donné et un aliment donné. Le fait de réunir des aliments et vins comprenant ces mêmes molécules permet, selon le travail effectué par Chartier depuis trois ans, avec en chemin des visites chez El Bulli et son champion de la cuisine moléculaire, Ferran Adria.

Pour bien illustrer ce travail de longue haleine, (suite…)

Le vin parfait pour le ragoût de pattes

Le ragoût de pattes et de boulettes, grand classique du temps des Fêtes, se trouve drôlement délaissé dans les recommandations de vins et mets. Ni le guide de François Chartier, ni celui de Michel Phaneuf ne font de suggestion à cet effet. Et sur Internet, je n’ai guère trouvé que deux recommandations sur le ragoût de boulettes, dans un article du site Jobboom (!), celles de Frédéric Gauthier, sommelier à l’Utopie, à Québec, et de Jessica Harnois, ex-sommelière du Globe, à Montréal, aujourd’hui à l’emploi de la SAQ.

Étant toujours prêt à me sacrifier pour la bonne cause, j’ai donc fait quelques tests (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :