La défense des appellations valaisannes (et une dégustation chez Samuel Saudan)

J’arrive en Valais pour célébrer Noël au beau milieu d’une bataille ferme (en tout cas, selon ce que je lis dans Le Nouvelliste, le quotidien valaisan) entre le canton, où l’on réclame avec insistance un élargissement des appellations d’origine contrôlée (AOC) pour assurer une meilleure mise en valeur de la très riche tradition locale, et les autorités fédérales, où l’on est apparemment beaucoup moins pressé de rendre ces appellations officielles.

A priori, j’ai tendance à donner raison aux Valaisans. Les progrès exceptionnels de la viticulture valaisanne, au fil des deux dernières décennies, ont largement à voir avec la volonté des vignerons (appuyés par les autorités cantonales du Valais, qui ont mis une variété de programmes en place) d’améliorer la qualité et de mettre en valeur les nombreux cépages traditionnels de qualité qui font le patrimoine local.

Le cornalin, l’humagne, la rèze, l’amigne et l’arvine sont autant de cépages (suite…)

Connaissez-vous la brisolée?

Si on connaît bien la fondue (du fromage avec du pain) et la raclette (du fromage avec des pommes de terre), on connaît moins la délicieuse brisolée, qui est une combinaison aussi simple et nourrissante : du fromage avec des châtaignes. Dans les trois cas, il s’agit de recettes de base de la cuisine suisse paysanne, devenues à la longue des repas de fête et de convivialité.

Simple comme bonjour, la recette de la brisolée consiste à faire cuire les châtaignes (suite…)

Le Fendant s’adoucit avec le temps

Vin on ne peut plus typique du Valais, le Fendant, fait de cépage chasselas, est un vin rafraîchissant, goûleyant à souhait, souvent marqué par une petite touche de gaz carbonique. Dans ce canton suisse, c’est le vin d’apéro par excellence, le vin qui accompagne à merveille les fondues et les raclettes, grâce à une acidité qui coupe bien le gras des fromages et un taux d’alcool relativement faible (souvent autour de 11%) qui en fait un véritable vin de soif.

Bref, c’est un vin qui se boit en jeunesse, non?

Deux ou trois fois, j’ai dégusté du fendant qui avait vieilli (suite…)

Published in: on 15 décembre , 2007 at 5:39  Comments (3)  
Tags: , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :