Et pour finir l’année, un peu de champagne

Votre réveillon s’en vient et vous manquez de bulles? Qu’à cela ne tienne, ce n’est pas ce qui manque dans les boutiques appropriées, ces jours-ci. Mais pour le meilleur vous devrez surtout… attendre, à mon avis.

Rien de tel qu’un champagne qui affine ses bulles et ses saveurs depuis quinze, vingt, voire trente ans. Un Pol Roger 1988, dégusté il y a quelques jours avec d’excellents amis, n’a fait que renforcer mes convictions à ce sujet. Un beau complexe d’arômes et de saveurs briochées, une onctuosité en bouche soutenue par une bonne dose d’acidité typique d’un blanc de blanc (le 88 en question était annoncé comme un « blanc de chardonnay », c’est la même chose), des bulles encore vives, mais tout de même un cran plus réservé que chez un jeune mousseux. Tout ce qu’il y a de bon dans le champagne, bref, mais en mieux et en plus.

Étrangement, il y a encore des gens qui prétendent (suite…)

Du bon bio en boîte

Quelques précisions sur le vin en boîte bio dégusté au Moine échanson, dont je faisais part dans La relation contenant contenu. Il s’agit du Domaine de l’Ocre Rouge, vin produit à Dions, dans le Gard (Vallée du Rhône), par Aymeric Beaufort. Un vin à dominante de grenache, mais qui n’a rien du gros fruit excessif et des saveurs de petits poissons rouges (les bonbons à la cannelle, pas les vrais!) que l’on retrouve ailleurs. Charnu, épicé, de couleur plutôt claire, avec des arômes de garrigue et de bonne terre, selon mon souvenir.

Une note de dégustation sur ce vin m’a appris qu’Aymeric Beaufort serait le fils de Jacques Beaufort, un producteur de champagne converti au bio après avoir contracté de sévères allergies en traitant son vignoble de façon conventionnelle, au tournant des années 70. Bref, un vétéran de la viticulture agrobiologique, qui a visiblement su communiquer ce savoir-faire et cette volonté de nature à la génération suivante. Chapeau. Ou plutôt, santé.

Le vin, disponible en bouteille, est aussi disponible en « bag-in-a-box » de 5 litres. C’est dans ce dernier format que je l’ai dégusté et le vin s’en porte très bien, merci. Encore une fois, si le vin est bon, qu’importe le format du contenant.

%d blogueurs aiment cette page :