Matassa, sa cave, ses vignobles, ses raisins, ses voisins

Fin de séjour animée et productive au Domaine Matassa, où j’ai pu ressentir vraiment à quel point le vin peut être aussi une affaire d’effort physique, un processus qui se fait à la force du bras. C’est assez normal, au fond. Le raisin, le jus, les cuves, les barriques et les bouteilles, ça ne se déplace pas tout seul.
La journée de lundi a d’abord été consacrée à sortir une cuvée, El Sarrat, composée de syrah et de mourvèdre) de la cuve où elle fermentait. (Le premier millésime de cette nouvelle cuvée, le 2006, vient d’être embouteillée, et une bonne partie expédiée à la chaîne britannique Waitrose – les Anglais sont chanceux.) La conversion du sucre en alcool étant suffisamment avancée, le vin en devenir devait d’abord être transféré à une seconde cuve, sans le marc – c’est-à-dire les peaux, la pulpe et les pépins qui trempaient avec le jus. Ensuite, il sera reversé dans des barriques pour un élevage en douceur, tout au long de l’hiver et probablement plus d’une année.
En participant à cette opération sous la supervision de Cédric, fidèle compagnon de Tom Lubbe au Domaine Matassa depuis cinq bonnes années, j’ai d’abord aidé à bien rincer la nouvelle cuve, à préparer la pompe servant au transfert, puis, après que le jus ait été transféré, j’ai sauté (suite…)

Publicités

Premiers pas à Matassa

Ces jours-ci, j’ai le bonheur de me promener dans les coteaux du Roussillon, plus précisément à Calce, dans l’arrière-pays montagneux de Perpignan, sur la fin des vendanges. Puisque c’est la nature qui décide, je n’ai pas réussi à faire beaucoup de vendanges : les deux vignobles que le Domaine Matassa gardait pour la fin de la saison ont commencé à être attaqués par les sangliers, qui se régalent de raisin. Alors avant de tout perdre, la récolte a été réalisée juste avant que j’arrive.

Il reste bien quelques raisins dans quelques petits coteaux. Je compte bien m’y attaquer, ne serait-ce que pour comprendre cet exercice de la récolte du raisin.

Il reste aussi beaucoup d’autre boulot à faire. Embouteillage en mise en caisse de cuvées précédentes, transfert du contenu des cuves vers d’autres cuves ou des tonneaux, pour la fin de la fermentation et l’élevage, ou encore le pigeage, auquel j’ai participé vendredi dernier avec grand plaisir. Le pigeage consiste à (suite…)

Published in: on 30 septembre , 2007 at 4:31  Comments (3)  
Tags: , , ,
%d blogueurs aiment cette page :