L’énigme des vins secrets: c’est dans le Rhône que ça se passe…

Les trois bouteilles de Secret Wine reçues de France.

L’idée était plutôt jolie et elle a visiblement attiré pas mal de monde. L’Agence Clair de Lune, une boîte de relations publiques française spécialisée notamment dans le vin et la gastronomie, a conçu une promotion destinée aux blogueurs spécialisés dans le vin, en France et dans le monde entier. Intitulée Secret Wine, la promotion consistait à  envoyer aux blogueurs inscrits trois bouteilles de vin non identifié, dans des bouteilles aux étiquettes portant simplement les mots « Secret Wine » et un numéro (j’ai reçu les bouteilles 079, 390 et 714 comme… possiblement tout le monde, finalement), avec un bouchon synthétique vert.

85 blogueurs s’étant inscrits – dont moi – c’est potentiellement une solide couverture pour les clients de l’agence, puisqu’on peut présumer que les vins proviennent de clients de Clair de Lune. Le défi: deviner les appellations des trois vins. Les récompenses: un voyage oenotouristique et des coffrets découverte de six bouteilles de vin.

Pour tout vous dire, je ne me suis même pas rendu compte, au moment de m’inscrire, qu’il pouvait y avoir un prix. Le plaisir de la dégustation mystère était tout ce qui m’intéressait. Je me demandais aussi comment les amis français allaient faire parvenir les bouteilles jusqu’à moi (et aux autres blogueurs québécois et canadiens inscrits), puisque l’entrée de vins au Canada n’est pas si simple. En fait, elle est interdite par le service postal, ce qui aurait dû arrêter tous les paquets envoyés, par la poste, depuis la France.

Ayant bénéficié d’une inattention ou d’une indulgence des douanes, j’ai pu déguster mes bouteilles cette fin de semaine.

Est-ce que j’ai deviné les trois appellations? Probablement pas. Ce que je dirai sans trop d’hésitation, c’est que les trois vins venaient du sud de la vallée du Rhône ou peut-être du Languedoc, et qu’ils comportaient tous une bonne dose de grenache. Si un vin sortait des zones où dominent le grenache, la syrah et le mourvèdre, je me ferai une petite séance de dégustation corrective pour recalibrer mon pif…

De là à déterminer s’il s’agissait de telle ou telle appellation? Je n’ai pas une connaissance vraiment approfondie des nuances de chaque appellation pour donner une réponse bien assurée. Sans s’entraîner pendant des mois comme les sommeliers qui font des compétitions, pas évident de déterminer ces détails avec précision. Surtout quand les règles de ces appellations permettent des quantités variables de ces raisins: un 10% de mourvèdre ajouté à une dominante de grenache, ça peut marquer le vin solidement.

Ce n’est pas rare qu’un vin d’un bout du midi puisse passer pour un vin de l’autre bout du midi: Jacques Benoit, chroniqueur vin de La Presse, a déjà vanté les mérites de la Cuvée Aegidiane du Château Lamargue en la comparant à des châteauneuf-du-pape nettement plus chers. Ayant goûté à ce vin, je suis plutôt d’accord, même si ce costières-de-nîmes, après vérification, est fait à majorité de syrah – et non de grenache comme les châteauneufs… Voyez que ce n’est pas simple.

Voici les notes de dégustation, quoi qu’il en soit. Bien hâte de voir le résultat.

Vin 079

Nez sur le fruit rouge et les épices – ce qui tend à pointer vers une dominante de grenache. On les retrouve en bouche, avec des notes tirant vers l’olive noire et la réglisse. Un vin de bonne tenue, très agréable, qui a très bien résisté à l’ouverture, pendant plus de 48 heures. J’ai penché vers le gigondas, en votant sur Secret-Wine.com, mais ça aurait pu aussi bien être un Vacqueyras, voire un Châteauneuf-du-Pape (quoi que le profil ne correspondait pas aux derniers CdP que j’ai dégusté).

Vin 390

La bouteille aurait-elle souffert de son embouteillage sous bouchon vert synthétique? Toujours est-il qu’il montrait, surtout au départ, un nez cuit, un peu lourd, avec un côté pruneau sec, mais aussi des notes d’olive noire et de fines herbes qui ont repris de la place avec l’aération. Meilleur en bouche, intense et ample, il montrait beaucoup de qualités, même si le côté oxydatif, vaguement porto, restait un peu dérangeant. De façon intéressante, ce caractère ne s’est pas accentué sur les 48 heures suivantes, comme si l’oxydation était déjà accomplie et que le vin avait trouvé un point de stabilité. Pour l’appellation, j’ai opté pour le vinsobres, la plus jeune des appellations du Rhône, tout simplement parce que j’ai eu l’occasion régulièrement de goûter un vinsobres du Domaine Chaume-Arnaud qui avait beaucoup ce côté olive noire et fines herbes. Bref, j’ai voté par association.

Vin 714

Garrigue au premier plan, avec un côté cerise qui se profile derrière. Là encore, ça semble concorder avec un assemblage grenache-syrah, peut-être avec un brin de mourvèdre. Agréable au nez, sympathique au premier abord, il manquait toutefois un peu de coffre et de poids en milieu de bouche. Et sur les deux jours d’ouverture, c’est lui qui a piqué du nez le plus vite, laissant des notes de cerise artificielle prendre le dessus des arômes. Pas vilain, au premier abord, mais sans grand mérite. J’irais spontanément vers un vin du Languedoc, mais ça pourrait aussi être un Côtes-du-Rhône « tout court ». Au final, j’ai triché un peu en votant Costières de Nîmes: le Château de Nages, dans cette appellation, est un client de l’agence. Mais ne sautons pas aux conclusions trop vite: n’oublions pas que la dégustation s’est faite… à l’aveugle.

Publicités
Published in: on 4 octobre , 2010 at 1:37  Comments (3)  

The URI to TrackBack this entry is: https://achacunsabouteille.wordpress.com/2010/10/04/lenigme-des-vins-secrets-cest-dans-le-rhone-que-ca-se-passe/trackback/

RSS feed for comments on this post.

3 commentairesLaisser un commentaire

  1. […] This post was mentioned on Twitter by Rémy Charest, Tim Appelt. Tim Appelt said: #SecretWine RT @RemyCharest Nouveau sur À chacun sa bouteille: L'énigme des vins secrets: c'est dans le Rhône … http://wp.me/p5G8x-hz […]

  2. Salut Remy

    jai gouté moi aussi les vins et jte dirais que le premier si on m’avais pas dit qu l’agence n’etait pas en provence le 79 etait tout simplement pour moi un bandol ,donc jai changé et dit faugeres style la maison jaune de alquier je crois

    ensuite cote du ventoux 390 pour sa souplesse en bouche m’a fait penser au jerome quiot

    et enfin le dernier il avait le meme style de nez de mouvedre (olive noire) jai été pour un pic st loup

    Jai hate de voir si mon pif etait en forme ce soir la ,qui sait on va rire et etre surpris

    ps moi aussi le concours on s’en fou 3 bouteilles free
    c’est ben correct avec de vrai amis

    ciao

    jp

    • Le plaisir, c’est de se planter royalement et dans la bonne humeur, dans ce genre de truc. On y apprend toujours quelque chose, quelque soit le résultat.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :