Dégustation: Kim Crawford Unoaked Chardonnay 2007, Marlborough (et un peu de pinot chocolat)

Je ne suis pas un grand fan du sauvignon blanc de Kim Crawford – ni des sauvignons blancs de Nouvelle-Zélande en général. Les goûts de gazon coupé et surtout, de poivron vert concentré, c’est très peu pour moi, merci. Poussé à ce point, ces caractéristiques deviennent une forme de caricature du sauvignon. 

Ça commence pas bien, pour une note de dégustation d’un vin de Kim Crawford, vous me direz. Mais lisez encore un peu.

Car le chardonnay, reçu à titre d’échantillon de la part de Vincor, m’a agréablement surpris. Rien de caricatural dans ce vin, bien au contraire.

On ne cherchera pas là un vin nature, exprimant profondément l’esprit d’un lieu spécifique. Selon la fiche technique tirée du site officiel de Kim Crawford, les raisins proviennent de vignobles répartis un peu partout dans la vallée de Wairau, les raisins sont inoculés de levures sélectionnées (plutôt que de profiter de leurs levures indigènes), et la fermentation malolactique (celle qui transforme les acides et adoucit le vin) est également encouragée par inoculation. Bref, c’est un produit de l’oenologie moderne, plus que l’expression d’un terroir.

Mais le résultat est agréable et bien équilibré. Le nez d’agrumes, agrémenté d’une touche caramélisée, est frais, la bouche aussi, avec des notes de pêche et encore d’agrumes, le tout sur un alcool très raisonnable (12.5%) qui confirme la fraîcheur sentie au nez.

Ça se boit bien, ça se déguste bien avec une soupe de poissons safranée (c’est ce qu’on a fait), encore plus avec un poisson blanc poêlé, et aussi avec des fromages, en particulier à pâte dure.

Et puisque ça se détaille moins de 20$, ça fait un rapport qualité-prix très convenable. Et ça fait agréablement changement des gros chardonnays boisés qu’on a vu trop souvent sortir des vignobles du Nouveau Monde. Le Kim Crawford n’avait clairement pas besoin de se réfugier dans ces bois.

S’il me plaît, c’est probablement parce qu’il semble être, malgré les réserves exprimées ci-haut, le plus naturel des vins de la maison. Une maison qui ne recule pas devant les additions étonnantes à ses vins, comme en témoigne le pinot chocolat qu’ils viennent de mettre sur le marché, juste à temps pour Pâques, avec des extraits de noix de cacao ajoutés au vin lors de la fermentation. Ce vin, lancé le 1er avril, est très bon avec les… poissons.

The URI to TrackBack this entry is: https://achacunsabouteille.wordpress.com/2009/04/01/degustation-kim-crawford-unoaked-chardonnay-2007-marlborough/trackback/

RSS feed for comments on this post.

2 commentairesLaisser un commentaire

  1. Il s’agit justement du vin que mon père a apporté ce soir au souper (moi aussi je reçois des échantillons…!). Dégusté de manière un peu discrète en bonne compagnie, il m’a semblé bien convenable, sans tomber dans la caricature qui marquent souvent les vins de Kim Crawford. Je l’a bien aimé, mais pas assez pour dire que je m’en achèterais une bouteille lors de mon prochain voyage à la SAQ du coin.

  2. Je ne connais pas les vins, alors je me fie à mes papilles gustatives..Ils me disent j’adore ce jeu ou on me donne de l’agrume puis de la douceur…puis de l’agrume..et de la douceur..ect ect. Alors je m’empresse de remplir ma coupe pour recommencer ..pour recommencer…A chaque semaine je recommence…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :