Qu’a bu Obama à Ottawa? Du cidre de glace (entre autres).

À la veille de l’investiture de Barack Obama, un article de la revue Slate faisait le point sur l’état des vins servis à la Maison-Blanche sous George Bush. Un état assez déplorable, soulignait l’auteur, avec beaucoup de jeune jus de planche (« juvenile behemoths ») qui perpétuait les stéréotypes du gros vin américain.

Pourquoi ne pas plutôt servir des vins arrivés à maturité, des grands crus comme l’Amérique est bel et bien capable d’en offrir? Et pourquoi pas, tant qu’à y être, mettre fin à l’obligation de servir seulement du vin américain à la Maison-Blanche? Une politique destinée à montrer au monde que les États-Unis peuvent produire du bon vin est-elle toujours aussi nécessaire? Bonne question.

Pour les vins canadiens, tout est encore à prouver, à l’échelle internationale. Alors l’obligation du 24, Sussex de servir les vins d’ici reste entière. D’ailleurs – et la question vaut aussi pour les États-Unis, la France, le Chili – si on ne le fait pas nous-mêmes, qui le fera pour nous?

Le sommelier François Chartier répondait clairement dans ce sens avec une belle liste de suggestions 100% canadienne, d’une côte à l’autre, présentée dans une chronique du 6 février intitulée « Comment recevoir la visite présidentielle?« .

L’a-t-on écouté? Presque, dans un cas: lui suggérait du Frimas de La Face cachée de la pomme, on aura plutôt servi du Neige, l’autre cuvée de cette maison fondatrice du cidre de glace québécois, avec des desserts illustrant des spécialités régionales canadiennes – dont une tuile au miel de sarrazin et au sumac. 

Le menu complet (je l’ai trouvé seulement en anglais) a également eu de quoi réjouir les gens de la Côte Ouest, alors qu’on servait un chenin blanc 2007 de la maison Quail’s Gate avec du thon du Pacifique et de l’omble de l’Arctique. 

En Ontario, c’est la maison Stratus qui se réjouissait de voir son tout premier vin, le Stratus Rouge 2002, servi avec un plat de bison fumé. Une bonne combinaison, normalement, pour un vin qui s’est valu pas mal de superlatifs.

Évidemment, il reste une question ouverte. Comment le président américain a-t-il apprécié les vins? Une chose est sûre: on ne se serait jamais posé la question à propos de George Bush.

Ceci dit, le repas ne devait pas être très abondant. Avant de repartir vers Washington, Barack Obama n’a-t-il pas eu une petite fringale?

The URI to TrackBack this entry is: https://achacunsabouteille.wordpress.com/2009/02/23/qua-bu-obama-a-ottawa-du-cidre-de-glace-entre-autres/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :