Note de dégustation : Vidal 2006, Domaine Les Brome

Les signes de progrès dans le vignoble québécois sont nombreux. Au fil des dernières années, plusieurs producteurs ont acquis une maîtrise de leur art qui permet aux amateurs de boire leurs vins avec un plaisir véritable, sans être obligé d’y ajouter une couche de patriotisme pour se convaincre de la qualité.

Vidal 2006 Les Brome

Vidal 2006 Les Brome

Seulement en se fiant à l’allure des bouteilles, on voit que le Domaine Les Brome, propriété de Léon Courville, ancien président de la Banque Nationale, est l’un des plus ambitieux du Québec. Très classe, avec l’écriture argentée et le style élégant, les étiquettes peuvent donner une petite leçon d’habillage à bien des domaines.

Mais bon, on n’est pas là pour boire des étiquettes. Il faut bien voir ce qui se trame à l’intérieur. Et devant le choix offert aux Comptoirs du terroir, au Marché du Vieux-Port de Québec, où j’étais a priori venu chercher des merveilleuses charcuteries des Cochons tout ronds, j’ai hésité entre les rouges (le baco noir, surtout) et les blancs, pour finalement opter pour le vidal.

Mathieu Turbide, alias le Méchant Raisin, m’avait recommandé d’aller voir de quel bois Les Brome se chauffent, quand j’ai fait une petite tournée ciblée du vignoble d’ici. Arrivé trop tard dans le secteur, la journée où je passais par Lac-Brome, je n’ai pas eu l’occasion de faire le tour d’horizon que j’aurais voulu.

Alors en attendant, allons-y une bouteille à la fois.

En un mot, que disait-il, ce vidal?

Il disait: wow!

Voilà un vin qui montre des choix de vinification affirmés. Pas d’oenologie par numéros, ici. Demi-sec, le vin joue sur la ligne du vin de glace, que le vidal sert de façon particulièrement brillante, par son acidité élevée et son fruité généreux. Il ne s’agit pas d’un vin de glace, bien entendu, mais il en a la générosité aromatique et une parenté claire, dans la façon dont le cépage s’y exprime. Des saveurs très nettes, des arômes brillants d’orange, de miel et d’épices, une belle robe aux reflets dorés. Superbe avec une longe de porc, potentiellement très beau avec un poulet rôti, ou encore avec des fromages à croûte fleurie, voilà un vin qui a du chien.

Évidemment, il va falloir que je goûte autre chose pour me faire une idée générale sur ce que produit le domaine – honnêtement, si les rouges sont aussi forts sur le sucre résiduel, je ne crois pas que ça serait un succès aussi égal, mais ça m’étonnerait qu’on soit allé dans une telle direction. Bien hâte de vérifier.

The URI to TrackBack this entry is: https://achacunsabouteille.wordpress.com/2008/09/23/note-de-degustation-vidal-2006-domaine-les-brome/trackback/

RSS feed for comments on this post.

2 commentairesLaisser un commentaire

  1. […] Les Brome me semblait un bon candidat pour la traditionnelle dinde. Plus tôt cet automne, la dégustation du Vidal de ce domaine québécois fondé par un ancien président de la Banque nationale du Canada, m’avait passablement […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :