Dégustation: Barbera d’Alba Conca Tre Pile 2004, Aldo Conterno

J’ai beaucoup d’affection pour le barbera, cépage typique du Piémont, dans le nord de l’Italie. dont le seul vrai défaut est de pousser à l’ombre du magnifique nebbiolo. L’avantage, pour les amateurs, est que le prix des barbera reste nettement plus abordable que celui des nebbiolo. Les producteurs, de leur côté, ne lésinent pas sur les efforts pour démontrer que le barbera peut être un vin sérieux. Même qu’ils y vont peut-être un tantinet trop fort.

Prenez par exemple le Conca Tre Pile 2004, d’Aldo Conterno. Un vin violacé aux arômes bien présents de groseille et de cerise rouge, avec une acidité et une certaine astringence tout à fait typiques du cépage. Les saveurs sont bien définies et bien concentrées, mais les tannins sont un peu trop présents et surtout, l’alcool relativement élevé (14%) vient chauffer le nez un brin. Beaucoup de belles choses, au total, mais un travail peut-être un peu forcé, avec un séjour de 12 mois en barriques 100% neuves.

Personnellement, j’aime mieux une approche un peu plus légère, du genre proposé par Bruno Giacosa, dont le barbera d’alba passe au chêne juste un peu moins longtemps (11 mois), et dans de plus grosses barriques, ce qui laisse une meilleure chance au cépage de s’exprimer.

Quoi qu’il en soit, le vin de Conterno se défend très bien avec un repas: j’ai bu le Conca Tre Pile sur deux plats différents, avec autant de succès. Dans le premier cas, sur une tourtière de chevreuil bien viandée, que le barbera venait éclairer de sa fraîcheur, tout en résistant aux ketchup et marinades d’accompagnement. Le lendemain, le Conca Tre Pile faisait encore bien l’affaire sur du porc mariné dans un mélange soya-érable-moutarde et grillé au four. Même constat général: de quoi couper le gras de la préparation, et la solidité pour répondre aux saveurs bien relevées du plat.

Au total, les vins du Piémont ont souvent tendance à s’assouplir et à s’exprimer plus librement au fil des ans, quel que soit l’approche utilisée. Lors d’une entrevue que j’avais eu le plaisir de réaliser avec lui pour le défunt magazine SAQ Primeurs, le très réputé producteur Angelo Gaja m’avait confié ceci:

Angelo Gaja, le plus réputé producteur du Piémont (voir l’entrevue, page ??), croit toutefois que les extrêmes tendent maintenant à se rapprocher, au service du cépage. « Je crois que ça c’est un peu calmé. Les modernistes ont corrigé les excès de barriques neuves. Les traditionalistes ont renouvelé leurs grands fûts, ils ont introduit des contrôles de température. »
Pour illustrer le caractère inévitable de ce rapprochement, Gaja évoque d’ailleurs une grande dégustation où le magazine américain Wine Spectator avait réuni plusieurs des principaux producteurs du Piémont – modernistes comme traditionalistes. « Nous dégustions à l’aveugle, et un de mes voisins de table, un traditionaliste, a goûté un vin un peu plus âgé en disant qu’il aurait bien aimé faire un vin comme ça. Quand on a dévoilé les bouteilles, on a vu que c’était le vin d’un des modernistes. On ne reconnaît même plus les nôtres, quand ils vieillissent: c’est le caractère du cépage qui domine. Le nebbiolo est plus fort que le style où l’interprétation. Il est plus fort que tout. »

Pour avoir goûté quelques barberas qui avaient eu le temps de vieillir, l’idée me semble s’appliquer dans ce cas aussi. Bref, j’aimerais bien regoûter le Conca Tre Pile dans deux ou trois ans, voire plus, quand les saveurs se seront un peu plus fondues. Reste à savoir si la chaleur de l’alcool peut se calmer elle aussi.

Publicités

The URI to TrackBack this entry is: https://achacunsabouteille.wordpress.com/2008/02/11/degustation-barbera-dalba-conca-tre-pile-2004-aldo-conterno/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :